Je me suis demandé comment aborder 2017, avec quel sujet revenir vers vous? Avec quels voeux? Quelles résolutions?

J’ai pris mon temps pour choisir, je n’arrivais pas à me décider, puis j’ai fini par trancher, aidée de mon alliée de toujours, la grande Frida Kahlo. Elle aimait à dire qu’elle peignait sur ce qu’elle connaissait, et ce qu’elle connaissait le mieux étant sa propre personne, son sujet était tout trouvé.

AVT_Frida-Kahlo_9302

Ce n’est pas égoïste que de parler de soi, parler de soi, c’est forcément parler des autres. Et à l’inverse, combien de romanciers se cachent derrière un voile de pudeur en faisant parler un personnage fictif à leur place. C’est un choix qu’on ne peut juger, se balancer en pâture aux crocodiles, ou se balancer en pâture aux crocodiles recouvert d’un léger voile qui ne cache pas plus qu’il ne découvre?

sandUnknown

Un voile de pudeur que l’on comprend bien, quand il s’agit d’art, que l’on comprend moins, lorsqu’on parle des femmes. Pourtant chacun est en droit de cacher ce qu’il veut, alors pourquoi pas ses cheveux?

crédit photo : Meghann Stanley

crédit photo : Meghann Stanley

Ce sujet divise les femmes entre elles, « mais qu’est ce qui ne divise pas les femmes? » Me direz vous. Vous avez raison, tout nous divise, tout nous oppose, faut-il ou non se maquiller? Faut-il ou non se laisser pousser les poils sous les aisselles?

26a80add00 rihanna-beyonce-friends-amies-together-ensemblehttp---i.huffpost.com-gen-2331592-images-n-DESTINY-M-628x314                                           Kim-Kardashian-Hair-Makeup-2016-MTV-Video-Music-Awards

Là où certaines femmes voient des diktats imposés par une société patriarcale qu’il faut combattre à tout prix, je vois des détails, des habitudes, mais surtout des combats vains.

Pourquoi ne déciderions-nous pas qu’être une femme en 2017, c’est se faire confiance les unes les autres, et arrêter de s’imposer des critères d’admission si rudes. Pourquoi le féminisme voudrait remplacer l’homme en décidant de tout à la place des femmes?

arton114

Cette passation de pouvoir me rappelle que l’ordre imposé n’est pas souvent remplacé par la démocratie, comme on en a eu la preuve à trop d’occasions dans l’histoire de notre humanité.

2012-06-10T210748Z_1996220344_GM2E86B0DHI01_RTRMADP_3_CHILE-PINOCHET_0 images

Unknown-1

Ne vous fourvoyez pas sur mon message, je suis féministe, je dirais même que je suis très féministe, mais je ne suis pas de celles qui haïssent les hommes (ATTENTION ICI = Les féministes ne sont pas des méchantes femmes qui détestent les hommes, comme tous les hommes ne sont pas des connards, seulement au milieu, bah on rencontre de tout hein, j’ai pas envie de perdre trop de temps là dessus) . Mais mieux encore, je ne suis pas de celles qui haïssent les autres femmes.

Brit the feminist with her feminist friends

Brit the feminist with her feminist friends

Simone de Beauvoir, ma grande amie, est la première à avoir mis des mots sur le crime. Nous ne nous considérons pas comme une communauté. Nous disons « elles », quand nous parlons des femmes, nous ne disons pas « nous », et nous sommes la seule communauté à agir de cette manière. Ainsi, une femme intelligente, éduquée, avec un bon poste et une bonne culture, se plaira plus entourée d’hommes, parce qu’elle s’estime leur égal, ce qui fait de la femme x une sous-catégorie. Quelle folie.

 

Nous ne devenons pas l’égal de l’homme en nous cultivant, nous sommes l’égal de l’homme dès la naissance, que celui qui pense que j’ai tort se casse une jambe dans la minute, il comprendra peut-être qu’un os se brise de la même manière chez les hommes et chez les femmes, qu’il se fasse soigner par une femme, et il comprendra peut-être qu’elle n’a pas eu son diplôme en couchant avec le directeur de l’hosto.

greys-anatomy-cast

Bien sûr nous devons nous cultiver, nous devons travailler quatre fois plus dur qu’un homme, pour arriver à faire notre place dans ce monde, mais sur le chemin, nous trouverons des hommes, des femmes qui croient en nous, peu importe notre genre.

De toute manière qu’est ce que le genre ? Vous en avez décidé vous, de votre genre ?

elle oui

elle oui

Simone, encore elle, est l’auteur du célèbre motto « on ne nait pas femme, on le devient », j’ajouterais qu’on ne nait pas homme non plus, on nait humains, que ce soit dans du bleu ou dans du rose, qu’on pisse debout, ou assis, ce qu’on est, on le choisit.

Simone 2 B

Simone 2 B

J’ai choisi d’assumer, je suis une femme, c’est ce que je veux être. Je fais partie d’une communauté, à laquelle je me dois d’être solidaire.

Les exigences qui vont avec je les accepte : Les premières femmes pour lesquelles vous devez vous battre ne sont pas vos voisines ou vos amies.

A part lors de situations exceptionnelles, elles s’en sortent très bien toutes seules, elles sont comme la majorité d’entre vous qui me lisez, des privilégiées, pas forcément riches mais des femmes blanches éduquées.

De quoi pourrait on se plaindre ? Hein ?

A part si vous êtes coincées dans une situation sordide, vous avez une belle vie, vous profitez de votre statut social et vous allez jusqu’à vous dévergonder avec n’importe qui le week end.

Alors on pourrait de temps à autre la fermer un peu, le sujet le plus important du monde n’est PAS la drague de rue, une bonne fois pour toutes. Même si c’est chiant.

Les premières femmes pour lesquelles vous devez vous lever sont différentes de vous, elles n’ont pas accès à l’éducation, sont opprimées par des gouvernements misogynes et des lois qui autorisent les hommes à les battre, les exciser, les lapider. Cool.

1399270_3_97a3_une-femme-manifeste-contre-la-condamnation-a_f6bc618aac1bbf5a48f7c8aa71e58080

Les réfugiées, les mères célibataires, parents isolés, les femmes de couleur, qui croyez moi, ne sont toujours pas écoutées, les lesbiennes, les transgenres, et la liste des femmes qui n’ont pas accès à la moitié de vos droits de femme blanche hétérosexuelle est longue.

ann_willis

Si vous voulez me rejoindre, en 2017 il est temps d’aller donner la main à une femme que vous ne connaissez pas, PAS POUR LA SAUVER et devenir une héroïne corrompue par son propre égo non, mais juste parce que vous êtes une femme, et que vous devez aider notre communauté à avancer.

Pour cette nouvelle putain d’année, je nous souhaite, à nous toutes, d’être solidaires, brillantes, intelligentes, fortes, compréhensives et déterminées.

Parce que les choses ne changent pas toutes seules et parce que notre communauté le mérite.

http://www.cfpe2004.fr

https://mwasicollectif.com

https://hyenesenjupons.com/2014/10/06/les-femmes-racisees-et-la-necessite-de-lintersectionnalite/

N’hésitez pas à partager vos liens concernant le féminisme, l’intersectionnalité, et tout ce qui concerne les femmes en commentaire.

Peace out.

Un article par

Elo Tomi
Elo Tomi
Rédactrice en chef du webzine de la Maison Sage. Prêtresse badass & langue pendue