« Chérie je n’ai rien contre toi mais je n’ai rien pour toi non plus » 

Aujourd’hui on va parler d’un clip qui me tient à cœur, puisqu’on parle d’un artiste qui me tient à cœur.

Espiiem. Maître de cérémonie du Rap Français.

On a appris il y a peu de temps qu’il arrêtait le Rap, en tous cas sous le nom d’Espiiem, pour se consacrer à son label « Orfèvre » et ses artistes.
Une carrière irréprochable qui se terminera sur un concert, le 7 décembre à la Bellevilloise.

Avant ça, il prend tout de même le temps de nous faire des surprises, comme celle de son dernier EP 3 titre « départ » (ou encore sa collaboration avec une Maison qui n’a de Sage que le nom, à titre d’indice, il paraît même que ce week end il se passera des choses, avec Angel, Assassam, Senken et Matou) .

Pour revenir au clip, c’est sûrement un de nos préférés d’Espiiem, réalisé par Arsedi, as usual. On y voit un grand gars stylé, qui a déjà assis sa suprématie, et montré sa noblesse à un public aussi fidèle qu’hétéroclite. Un grand gars stylé, qui dit des choses pertinentes. La chanson surfe sur la vague de l’ego trip, mais même dans ce sous-genre bien connu du Rap, Espiiem sait rester classe et sincère, son flow est impressionnant comme d’hab, et sa façon de s’approprier les codes japonisants n’a rien de vulgaire ni de surfait.
Figure de proue de la beauté dans le Rap français, Espiiem a fait partie de Cas de conscience avec Issa, l’étrange, et l’homme de l’est, dont les tribulations manquent à tous les amateurs du style.
Mais au delà de ce son, au delà de Cas de Conscience, et pour conclure : à vous, qui aimez Mc Solaar, IAM, le old school et ne vous intéressez pas au Rap actuel, à vous qui ne trouvez pas chaussure à votre pied dans la scène hip hop française, à vous qui croyez que Rap veut dire auto tune, à vous qui pensez que la musicalité fait défaut au genre, qu’aux states au moins ils ont Kendrick, détrompez vous et soyez heureux. En France aussi on a bon goût, en France aussi on sait travailler. Il reste un espoir que le bien gagne sur le mal.  La preuve par orfèvre.

N’oubliez pas de nous faire découvrir votre musique à laredaction@maison-sage.com.

 

Bisous.

Un article par

Elo Tomi
Elo Tomi
Rédactrice en chef du webzine de la Maison Sage. Prêtresse badass & langue pendue