Oh oui, je vous vois déjà venir ! Il va enfoncer une porte ouverte, démolir un blockbuster alors que c’est juste du divertissement, on ne cherche pas vraiment de la qualité ! Et bien oui, je pense qu’à l’instar de toutes les causes incongrues – du combat des amoureux de la bière contre l’aquaphilie à la lutte armée des manchots contre les rambardes d’escalier – nous autres, membres du petit peuple, avons le droit que quelqu’un pète la gueule à son tour à Jack Reacher.

Il est loin, le temps de l’immense Collateral de Michael Mann, ou Vanilla Sky, qui prenait aux tripes et qui avaient installé Tom Cruise dans une catégorie qui lui était jusque là fermée. Force est de constater que contrairement au bon vin ; la croisière ne s’amuse pas avec l’âge pour notre cher Tom – oui je sais je mélange mes expressions, lâchez-moi le ciboulot ! Devenu outil de propagande sectaire, puis égérie de Christopher MacQuarrie – le nouveau mètre étalon du blockbuster US. Le voilà à présent, produit marketing dans des suites ; préquels ; séquels et j’en passe. Et qui à l’inverse, n’en ont pas beaucoup dans les idées…

Tout le succès du premier épisode résidait dans la personnalité de Reacher, anti-héros que l’on aime apprécier, par refus des conventions. Mais également, par la présence imposante d’un duo de vilains, pour le coup réellement badass. Malheureusement, le nemesis du deuxième volet est autant crédible que le lapin de The Secret Life of Pets (Comme des Bêtes) et je ne saurais que trop conseiller à Patrick Heusinger, qui campe le rôle, de se reconvertir dans le gardiennage d’enfants.

Est-il Dieu possible d'être crédible en faisant de la marche à pied dans une scène de course...?

Un manque de duel bien/mal encore accentué par la volonté manifeste du film, d’attendrir le spectateur et donner un côté plus humain au bon Jack. Mais la mayonnaise ne prend pas, sourires sur joués, blagues et traits d’humour forcés, rien ne vient nous sauver du naufrage. L’unique bouée, que nous jette à la mer ce casting décevant, réside dans le clin d’œil au coup de genou légendaire de Reacher. Déjà mythique dans le premier volet, on peut y voir au mieux, un hommage à la série des Mortal Kombat, au pire, un cruel manque d’imagination des scénaristes pour éliminer les méchants ! Pour un film, dont l’attrait principal devrait être une surdose d’action et explosions en tout genre, cela fait un peu maigre.

Espérons que Jack saura planter son haricot, pour disparaître avec un éventuel 3e volet dans les nuages. En attendant, on se contentera de les écouter à la lettre, Never Go Back for Jack !

Un article par

Benjamin Missoffe
Benjamin Missoffe
Que fait un commercial dans les vins, champagnes et spiritueux de son temps libre ? Il vous fait partager sa passion des bars, restaurants et bonnes adresses et de cinéma à ses heures perdues.

J'espère pouvoir vous transmettre, mon amour autant que mon désamour, des bonnes comme des moins bonnes choses, qui me tomberont sous la plume ;)