Du quartier des abbesses, Birdy Nam Nam a fait un tube ; l’occasion d’oublier un instant le carousel de la place éponyme et les badauds de touristes, qui y affluent chaque jour, aussi nombreux que les pigeons en quête de mie. L’occasion surtout, de faire la part belle à l’endormie du coin, je parle bien entendu de la fête, sous toutes ses formes ! Le roi n’est pas mort, vive le roi ! Si la butte Montmartre est surplombée d’un château, c’est tout simplement parce que la cour continue de s’enjailler juste en-dessous, dans les méandres des rues piétonnes et escarpées, là où les fins connaisseurs s’échangent encore les bonnes adresses sous le manteau.

On y connait bien le Tagada, le Rendez-vous des Amis ou encore Chez Camille, autant de bons repères qui font le charme rajeunit de ce quartier chargé d’histoire. Mais depuis un an et demi, c’est surtout du côté de la rue Durantin qu’il y a du tapage ; de shaker celui-là. On nous parle ici de « buvette parisienne » mais cela n’est pas faire honneur au Persifleur ; un véritable beau bar à cocktails, voilà qui serait plus proche de la description adéquate. La carte change selon l’inspiration de Mika, un poil perfectionniste sur les bords, ce qui a tendance à donner dans le verre beaucoup de créativité, une grande cuillère de goût, assaisonnée d’un brin de folie. Dernière pépite en date, le Mr Rosefield – renommé Two girls, one cocktail dans le milieu – est une explosion de saveur tout en punch de peanut butter savoureux que vient trancher les notes acidulées et sucrées de sa mousse de fruits rouges. Le tout servi dans une coupe façon glace sur la butte en été, un drink d’hiver qui vous transporte en Juillet, quel pied !

Mr Rosefield cocktail @lepersifleur

Mr Rosefield cocktail @lepersifleur

 

Il faudra ensuite choisir entre les belles tables en marbre et le comptoir, avec sa vue imprenable sur les niches en bois, qui donnent un look terrible à l’agencement de belles bouteilles, qui vont servir à vous enivrer. Dans la vie, tout est affaire de choix, mais quand viendra le moment de commander à grignoter, optez plutôt pour l’option « on choisit tout » car la charcuterie, comme les fromages, valent le détour. Mention spéciale au bellota fondant à souhait et au gouda à la truffe, qui s’accorderont à merveille avec un bon cocktail bien gourmand et fruité.

Pas de chichi au Persi donc. On ne vous demandera pas de ne retenir qu’une adresse dans le coin, ce serait s’amputer, mais il faut le dire franchement, si podium il y a, le Persifleur en sera ! Que ce soit pour un date, entre amis ou juste pour un moment de détente en solo, vous trouverez ici votre bonheur, je ne vous la fais pas en chanson, mais ça répond à la fameuse question de la chanson.

Le coup de grâce si vous hésitiez encore !

Le coup de grâce si vous hésitiez encore !

 

 

Le Persifleur
3bis, rue Durantin
75018 Paris

Un article par

Benjamin Missoffe
Benjamin Missoffe
Que fait un commercial dans les vins, champagnes et spiritueux de son temps libre ? Il vous fait partager sa passion des bars, restaurants et bonnes adresses et de cinéma à ses heures perdues.

J'espère pouvoir vous transmettre, mon amour autant que mon désamour, des bonnes comme des moins bonnes choses, qui me tomberont sous la plume ;)