Cinq lettres qui sonnent bien, pour un nom qui représente la sagesse antique en japonais. Tout un symbole.

Senken est un drôle de personnage. Sous des allures de moine tibétain, qui nous donnent l’impression qu’il a déjà tout compris, on devine un enfant. Et pas n’importe quel enfant, un hyperactif.

Ce contraste se dessine dans sa musique. Après 10 ans de violon, il devient rappeur, et son amour du paradoxe grandit au fur et à mesure de son parcours. Plus le temps passe et plus ses goûts s’aiguisent. Ses influences varient entre une palette anglophone impressionnante, (Anderson Paak, Kendrick Lamar, J.Cole, No Name, Loyle Carner, Rejjie Snow) et un répertoire français qui n’a plus ses preuves à faire (MC Solaar, Oxmo Puccino, IAM). Il nous a aussi livré son admiration pour Yann Tiersen, et pour Le Fil, sublime album de Camille, un de ses opus préférés.

Le paradoxe ne s’arrête cependant pas à ce qu’il écoute, sa musicalité en est tout aussi emprunte. Des mélodies chantées, douces et fragiles, à des paroles qui mettent des gifles, Senken est un serpent mystique qui oscille entre nos oreilles et notre conscience pour nous délivrer des messages forts, d’amour et de paix, sans tomber dans la condescendance.

Vous ne connaissez pas encore, ou peu, l’amour qu’entretient La Maison Sage pour le rap, mais sachez que vous pourrez découvrir notre petite pépite sur la scène de LMS samedi 19 novembre.

Senken sera entouré d’autre découvertes de La Maison Sage, ainsi que d’artistes confirmés qui nous feront l’honneur de fouler notre scène pour la première fois. C’est à ne pas louper, croix de bois croix de fer, si on ment on va en enfer !

En attendant, pour écouter le premier titre de Senken, qu’on connaît aussi sous le nom d’Eljiin, c’est par Ici !

À samedi dans votre nouvelle Maison !

Un article par

La Maison Sage
La Maison Sage
Un lieu de vie, de fête, de rencontre, de partage, situé en plein centre de Paris à deux pas de la place de la République. Appelez le « bar de nuit », « club alternatif » ou autres, nous l’appelons « maison de vie nocturne ». Un lieu pensé comme un temple de l’entertainment